Rechercher

Découvre : Le métier de Greffier


Tu t'intéresses aux métiers du droit ? Cet article est fait pour toi.


Nous sommes allés à la rencontre d'une Greffière en poste au Parquet National Anti-Terroriste de Paris.


Elle s'est prêtée au jeu et voici ses réponses à nos questions :


1) Quel est votre parcours universitaire ?

Après un baccalauréat série Économique et Sociale section européenne, je me suis inscrite à la Faculté de Droit d'Aix-en-Provence où j'ai préparé et obtenu une Licence. En parallèle de ces années, j'ai également présenté un Diplôme Universitaire de Sciences Pénales et de Criminologie au sein de l'Institut de Sciences Pénales et de Criminologie d'Aix-en-Provence. Enfin, j'ai terminé mon cursus par un Master 1 en Droit privé et Sciences Criminelles dans cette même faculté.


Après ces quatre premières années, je me suis inscrite à l'Institut d’Études Judiciaires d'Aix-en-Provence pour préparer le CRFPA. Ne l'ayant pas obtenu, j'ai décidé de le repasser une deuxième fois et de préparer également des concours de la fonction publique, comme celui de CPIP, d’Éducateur PJJ et de Greffier, examen et concours que j'ai passés en 2017.


J'ai obtenu le concours de greffier, et suis entrée à l'Ecole Nationale des Greffes le 11 décembre 2017.


2) Comment vous êtes-vous préparée au concours ?

Pour le concours de greffier, j'ai suivi la prépa Greffier chez Class'Droit. Celle-ci s'est déroulée à partir du mois de novembre 2016 pour les épreuves de mars 2017.


Pour les écrits, la préparation était découpée en plusieurs points :

– la méthodologie

→ de la note de synthèse, épreuve phare du concours

→ des QRC (questions à réponse courte), deuxième épreuve très importante.


Puis, nous avons eu plusieurs cours sur les différentes matières dispensés par des intervenants divers (avocats, juristes) pour accentuer sur les points d'actualité.


Nous avons eu plusieurs entraînements à la note de synthèse et aux QRC.


Pour l'oral, nous avons également eu des cours sur la méthodologie de l'épreuve du concours, ainsi que des entraînements en conditions réelles.


3) Comment se passe l'apprentissage du métier à l'École Nationale des Greffes (ENG) ?

La formation à l'ENG dure 18 mois. Elle se découpe de la manière suivante :

  • 1 semaine de découverte à l'école. Pendant cette semaine, nous avons eu divers cours assez génériques de présentation du métier et des juridictions. De même, c'est pendant cette semaine que nous avons au l'opportunité de démarrer la confection de notre costume d'audience puisque les principaux costumiers que son Ponsard et Dumas et L'Artisan Costumier sont présents sur place pour prendre nos mesures et nous faire des devis. A l'issue de la semaine, l'Ecole nous remet aussi la liste des juridictions dans lesquelles nous allons effectuer nos stages, en fonction des voeux que nous avons faits en amont.

  • 1 stage de découverte en juridiction que j'ai effectué au CPH de Toulon.

  • 10 semaines de scolarité à l'ENG, clôturée par la prestation de serment et les examens de fin de scolarité dont la note compte pour moitié de la note finale.

  • 3 semaines de stage pratique à la Cour d'Appel, que j'ai effectué à la CA d'Aix-en-Provence avec 1 semaine à la Chambre Sociale, 1 semaine aux Services Pénaux et 1 semaine aux Services Civils.

  • 3 semaines de stage pratique au Conseil de Prud'Hommes, que j'ai effectué au CPH de Marseille, dont 1 semaine à l'accueil et 2 semaines en chambres.

  • 10 semaines de stage pratique au Tribunal de Grande Instance, que j'ai effectué au TGI de Marseille, principalement dans les services pénaux.

  • 9 semaines de stage pratique au Tribunal d'Instance, que j'ai effectué au TI d'Aubagne.

  • 4 semaines de stage pratique mais non noté au TGI de Marseille

  • 4 mois de stage de pré-affectation hors poste que j'ai effectué au TGI de Marseille, au BO pénal et 2 mois de stage de pré-affectation sur poste.

  • 1 semaine de scolarité de pré-affectation à l'ENG.

A l'ENG, durant les mois de scolarité, nous apprenons surtout la procédure théorique par des cours magistraux, puis nous avons eu des cours en plus petits groupes, similaires à des TD à la fac, où nous avons pu travailler sur les logiciels que l'ont utilise en juridiction puisque l'ENG dispose d'un réseau dédié, avec des fausses affaires bien sûr.


Je dirai que le métier s'apprend plus en juridiction qu'à l'ENG puisque en stage pratique, nous réalisons des vraies tâches de greffier et nous mettons donc la théorie que nous avons apprise à l'ENG en pratique.


4) Comment s'est passée votre affectation ? (choix du Poste ? Choix de la juridiction...)

Le classement est tombé le 27 octobre 2018 et la liste des postes le 31 octobre. Notre classement est en fait la moyenne de nos notes :

  • pour moitié, la note obtenue à nos examens : QCM de statuts et matières transversales, QCM de procédure pénale et QCM de procédure civile et prud'homale.

  • pour l'autre moitié, la moyenne de nos notes de stages pratiques, sachant que la note de stage au TGI compte double.


Les choix de poste sont prévus sur une semaine à Dijon. Ma promo était trop nombreuse donc nous avons choisi nos postes à la fac de droit de Dijon, le mardi 6 novembre 2018, après une journée de simulation la veille.


J'étais 76ème sur 235; j'ai donc fait une liste de 76 postes en fonction de mes préférences. J'avais mis 6 postes PTGI Paris en premier et c'est ce poste que j'ai obtenu.


J'aurais voulu rester à Marseille, mais il n'y avait que 2 postes dont un réservé, donc j'ai opté pour le parquet de Paris qui est très formateur pour débuter sa carrière. Surtout, je ne souhaitais pas travailler dans un service civil, donc le parquet était le bon compromis, et Paris est la seule juridiction où l'on peut choisir entre le parquet et le greffe puisque ce sont deux juridictions à part entière.


Mon premier poste fut donc au parquet de Paris, au service de l'exécution des peines. J'étais en charge de l'exécution des peines relatives au permis de conduire. Je travaillais en binôme 1 semaine au Bureau de l'exécution des peines, et 1 semaine au 22ème étage, avec une permanence téléphonique.


Depuis le 1er septembre 2020, j'ai intégré le Parquet National Antiterroriste, pôle suivi des informations et audiencement.


5) Quelle serait votre semaine type ?

Depuis que j'ai intégré le PNAT, les semaines ne sont jamais les mêmes. Pour ce qui est du suivi des infos, notre travail est dépendant de celui du juge d'instruction en charge du dossier qui nous saisira par une ordonnance de soit-communiqué. Pour ce qui est de l'audiencement, les tâches à réaliser varient en fonction du calendrier d'audience.


6) Auriez-vous envie de passer d'autres concours pour évoluer dans ce domaine ?

J'ai tenté le concours de Directeur de greffe l'année dernière, mais le métier ne m'attire plus vraiment. Plus tard, je tenterai peut-être celui de magistrat en interne.


Par contre, dès que j'aurais l'ancienneté requise, je passerai l'examen professionnel de greffier pour devenir greffier principal.


7) Quels conseils pourriez-vous donner aux futurs candidats du concours ?

Quand vous préparez le concours de greffier, le conseil que je peux vous donner et qui a fonctionné pour moi, c'est de ne plus vous positionner en tant qu'étudiant, mais en tant que greffier. Quand vous rentrez dans la salle avant les écrits ou juste avant l'oral. Il faut se détacher du profil d'étudiant que nous apprend la fac.


J'espère que cet petite interview t'as plu et te fait réfléchir à ton avenir.


D'autres articles relatifs aux métiers arrivent vite !

48 vues